Un cadavre dans le panier

 

De gauche à droite  : Catherine Montfort, Gisèle Clauzade-Verines et Thérèse Bertranine, samedi dernier au foyer. / Photo DDM, E. L.

 

Samedi 4 avril, beaucoup de spectateurs au foyer rural pour applaudir trois comédiennes du Théâtre du Grimoire qui y interprétaient «Un ouvrage de Dames». Un lampadaire, quelques fleurs et un banc public, voilà qui a suffi à planter le décor dans lequel ces femmes affrontent un problème allant bien au-delà du prix des poireaux. C'est qu'il s'agit des hommes, en général, et du mari de Sophie, en particulier. Catherine Montfort est Sophie, une femme battue et constamment victime des ardeurs démesurées de son mari. Elle est désespérée et a besoin d'aide pour dissimuler le contenu d'un panier à l'apparence pourtant inoffensive. Elle vient en demander à la veuve noire, campée par Thérèse Bertranine. Depuis son avantageuse position centrale sur le banc, armée de jumelles, elle voit tout, sait tout et surtout ce qu'elle ne devrait pas. Elle prône également avec ardeur les vertus du veuvage salvateur. C'est au panier fort encombrant de Sophie que s'intéresse Mlle Petitpas lorsqu'elle arrive, incarnée par Gisèle Clauzade-Verines. Simplette du village, pas si jeune que ça, et pourtant encore ignorante des plaisirs de la chair. Cette sainte-nitouche s'éprend pourtant de chaque homme qui passe, mais elle n'ose jamais déclarer sa flamme ! S'enchaîne alors une série de quiproquos, de retournements de situation et d'aveux inattendus. Sur une mise en scène d'Eric Abrial, cette fantaisie macabre est un vrai délice.


En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/15/2087602-un-cadavre-dans-le-panier.html#pEjG8Vk0dQzRwTsl.99